l a   mu s i q u e   c’ e s t    l a   v i e
vous êtes en page 6 page ROCK 50
Cheval domi
RETOUR haut de page
TOUS LES TITRES COMPOSES ET JOUES PAR cheval.d déposés à la SACEM
Merci de nous signaler les liens qui ne fonctionnent plus: cdomi26@orange.fr
Vous pouvez me suivre sur Facebook :
rock 50
Pour continuer cette rubrique consacrée aux disques vinyles depuis la naissance du rock aux années 2000,après les 5 premiers épisodes THE ANIMALS , 666/APHRODITE’S CHILD, SMILEY SMILE des BEACH BOYS, RUBBER SOUL des BEATLES, BEAU DOMMAGE, voici le 6ème: BLOOD SWEAT & TEARS hélas non réédité et qu’on ne trouve plus qu’en occasion! 5O ans, 50 disques qui auront marqué notre époque. Aujourd’hui la plupart de ces albums ressortent en VINYLE, ce qui somme toute est assez réjouissant. Pour moi je fais état des disques originaux et, dans la mesure du possible, je donne les références des ré-éditions.
6ème épisode
BLOOD SWEAT & TEARS  (sans titre) Date/pays d’origine  : 1968/USA Références d’origine (disque vinyle) : CBS 63504 Durée 45' Références rééditions (CD import) 2004 - MIS  - (+ Bonus) 2019 - Pas de réédition pour ce superbe album ni en CD ni en VINYLE! Uniquement en occasion ou en téléchargement (hélas c’est du MP3!) Cliquez sur les titres en bleu pour les écouter (YouTube)
A SUIVRE EXTRAIT DU LIVRE «ROCK 50»  Près de 500 vinyles «racontés» par Dominique Cheval
    -
David CLAYTON THOMAS : voix Lew SOLOFF: trompette, bugle Chuck WINFIELD: trompette, bugle  Bobby COLOMBY : drums, percussions, voix Jim FIELDER: basse Dick HALLIGAN: orgue, piano, flûte, trombone, voix Steve KATZ: guitare, harmonica, voix Fred LIPSIUS: saxophone alto, piano Jerry HYMAN: trombone
TITRES:
Fondé en 1967, le groupe réunit des musiciens ayant envie de donner à un groupe rock l'allure d'une grande formation de jazz, notamment par l'apport d'une section de cuivres. Fondé par l'infatigable AL KOOPER, après un premier disque plutôt bien accueilli, le groupe se sépare en 1968 pour se reformer à nouveau (sans AL KOOPER) Une nouvelle séparation en 1970 se solde par une reformation 6 mois après avec les retrouvailles de son chanteur original: David CLAYTON THOMAS parti lui aussi. Après d'incessants changements de personnel, le groupe subsiste tant bien que mal, mais les premiers albums resteront encore longtemps dans les mémoires.
Deux noms d'abord: celui de James William GUERCIO, producteur de ce disque et, plus tard, de celui de CHICAGO TRANSIT AUTHORITY. Celui d'AL KOOPER, génial touche à tout, pianiste, organiste, élément fondateur du groupe, mais à peine arrivé déjà parti vers d'autres aventures musicales. Ces deux noms commencent déjà à situer le groupe. Non? Alors disons que la musique proposée ici est un mélange de jazz et de rock populaire, sans toutefois se positionner dans ce qu'on appellera plus tard du jazz-rock. Au moment où il sort et bien que ce soit le deuxième album du groupe, c'est nouveau, jamais une expérience de ce genre n'ayant été tentée. Curieusement le disque commence avec les premier et second mouvements des "3 gymnopédies" petite fantaisie musicale d'un compositeur français du siècle dernier: Erik SATIE. Si vous ne connaissez pas, croyez-moi: ça vaut le détour. On comprend pourquoi des musiciens de jazz se sont intéressés à ce musicien considéré comme "classique". Le 1er mouvement est interprété sobrement, comme SATIE l'avait écrit tandis que le 2ème est jazzifié avec l'ensemble des cuivres et l'utilisation d'une chambre Leslie*** SMILING PHASES annonce la couleur: du rhythm'n'blues soutenu par les cuivres avec une bonne partie instrumentale. SOMETIMES IN WINTER plus chaud est le genre de chanson irrésistible pour slower tendrement. Les cuivres se fondent pour mieux dégouliner sur vos épaules. La flûte ponctue les phrases chantées ici par Steve KATZ. Le chanteur attitré David CLAYTON THOMAS reprend du service avec MORE AND MORE un rock puissant; AND WHEN DIE est un rock teinté de country avec un mixage harmonica-cuivres. Et il y a même le passage de chevaux au galop (ce qui aurait plu à Erik Satie, premier compositeur à avoir mélangé des bruits à des compositions musicales) GOD BLESS THE CHILD s'ouvre par un orgue  qui plaque quelques accords sur un tempo de blues. Les cuivres apportent une couleur exceptionnelle. Le chorus, au milieu du morceau intervient comme un coup de fouet, cassant le tempo lent pour en imposer un plus rapide. SPINING WHEEL est un morceau plein de breaks  qui se termine au son d'un orgue de barbarie. YOU'VE MADE SO VERY HAPPY est une belle balade harmonieuse qui tranche avec le reste de la production. BLUES PART II s'ouvre par un solo d'orgue. La basse prend la relève soutenue par la batterie A son tour cette dernière joue en solo. C'est au tour alors du saxo. Enfin tous les instruments entrent en scène de façon grandiose. Il est temps alors pour David de chanter le blues, du moins le début de ce qui aurait pu en être un. Le final est une reprise des " 3 gymnopédies " en douceur tandis que résonnent les talons d'une fille qui traverse le studio pour en sortir. Elle ferme la porte. "Au revoir" C'est exactement ce qu'on peut dire au premier big-band du rock qu'on ne reverra jamais en aussi grande forme et qui tombera assez vite dans l'oubli laissant la place à CHICAGO TRANSIT AUTHORITY. NOTE : 9/10  , *** La chambre LESLIE est un effet spécial de haut parleur rotatif faisant varier l'amplitude du son. Souvent utilisée avec un orgue.
personnel: